Comment calmer les émotions intenses et les comportements difficiles pendant le COVID ?

juin 19, 2022
Partager

 

Tendre à leurs sentiments

Les besoins les plus profonds de votre enfant sont d’être vu, apaisé, de se sentir en sécurité. En cette période d’incertitude, alors qu’ils (et vous) peuvent éprouver de grands sentiments, vos enfants auront probablement besoin de plus de votre présence affectueuse, pas moins.

Pendant une période difficile, il est raisonnable que les enfants aient recours à certains  » comportements antérieurs  » pour tenter de répondre à leurs besoins. Si vous constatez que votre enfant est plus contrarié que d’habitude, qu’il agit de manière moins mature, qu’il est moins apte à faire face, qu’il est plus rapide à être frustré, c’est normal.

Le comportement est une communication. Le comportement de votre enfant peut être sa façon de dire :  » Mes amis, l’école, la façon dont les choses étaient avant me manquent. C’est différent. Je ne comprends pas tous les changements qui se sont produits. » Même les adolescents et les adultes peuvent avoir recours à certains comportements précoces pour tenter de faire face à la situation.

Lorsque votre enfant présente un comportement moins mature, faites preuve d’empathie à son égard. Dites :  » Je suppose que X te manque vraiment… Tu es déçu par Y… Tu voulais vraiment faire Z. « 

Certains parents pensent parfois que parler à nos enfants de leurs sentiments inconfortables fera grandir ces sentiments, c’est généralement le contraire. Lorsque nous parlons des sentiments, il nous est plus facile d’y faire face.

 

Pour les jeunes enfants, créez une routine flexible

À l’époque où Jason et moi enseignions ensemble en maternelle, nous créions un  » plan pour la journée  » pour les enfants. Il s’agissait d’une routine de base, dessinée à l’aide de symboles et de figures en bâton, que nous utilisions avec les jeunes enfants pour qu’ils sachent à quoi s’attendre. Mais pour votre santé mentale, et la leur, restez flexible.

Lorsque les enfants savent à quoi s’attendre, cela les calme. Créer un plan avec vos enfants peut être particulièrement utile si votre enfant lutte contre l’anxiété, les transitions ou la concentration.

 

Donner aux adolescents la liberté de créer leur propre plan

Pour les adolescents, l’autonomie diminue le stress. Ils peuvent ne pas vouloir que vous créiez un plan pour eux, ou même avec eux. Ils peuvent même ne pas vouloir créer un plan pour eux-mêmes. Cette période pourrait être une merveilleuse occasion pour eux de développer un nouveau passe-temps ou un nouvel intérêt, d’expérimenter ou de créer, ou simplement de s’ennuyer et de voir ce qui se passe.

Soyez le coach ou le consultant de votre enfant. Plutôt que de dire aux enfants ce qu’ils doivent faire chaque jour, posez-leur des questions. Quel est leur plan ? De quelle aide ont-ils besoin ? Qu’est-ce qui a fonctionné hier ? Qu’est-ce qui n’a pas marché hier ? Qu’est-ce qu’ils vont faire différemment aujourd’hui ?

 

Relâcher les limites sur le temps d’écran

Il y a beaucoup d’utilisations de haute qualité pour les écrans pendant l’hébergement sur place. Assouplissez vos limites sur les écrans pour permettre à vos enfants de se connecter avec leurs amis, de faire leurs devoirs scolaires, de créer, d’expérimenter et de se divertir.

Comme à l’époque  » pré-COVID « , soyez curieux de savoir comment vos enfants utilisent les écrans. Connectez-vous avec eux et posez des questions. Regardez des choses ensemble.

Posez des questions qui poussent à la réflexion ou soyez sincèrement curieux comme : Qu’est-ce que tu aimes dans cette vidéo ? Quelles sont les vidéos qui vous ennuient ? Que feriez-vous si vous étiez dans cette même situation ? Est-ce ainsi que les gens agissent dans la vraie vie ?

Si votre enfant regarde plus d’écrans, utilisez-le comme un moyen de vous connecter et d’avoir des conversations plus profondes. Demandez à jouer au jeu ou à regarder la vidéo avec eux.

 

Faites du  » temps en tête-à-tête  » avec les enfants

Lorsque j’enseignais en maternelle, notre plus jeune fille était aussi l’une de mes élèves. La plupart de ma journée était consacrée à prêter attention à d’autres personnes et choses, pas à elle. J’ai donc passé du temps en tête-à-tête avec elle le matin à l’école, avant de commencer à enseigner.

Souvent, c’était simplement 5 minutes de lecture d’un livre ensemble sur le canapé et d’être présent avec elle. Nous étions tous les deux comblés par ce temps passé ensemble et ce câlin.

Si vous avez un enfant qui a besoin de votre présence et de votre connexion, essayez de passer du temps en tête-à-tête avec lui d’abord, avant de commencer votre travail. Et aussi à différents moments de la journée. Inscrivez-le sur votre emploi du temps et sur leurs « plans de la journée ». Cet investissement en temps peut prévenir ou raccourcir l’effondrement plus tard dans la journée.

 

Mettre la relation en premier

Cette situation de COVID est temporaire. Nous allons la surmonter. Il y a un dicton qui dit que  » les enfants ne se souviennent pas de ce que nous avons fait, ils se souviennent de ce que nous leur avons fait ressentir « .

Mettez votre relation avec votre enfant en PREMIER. Même si votre enfant fait très peu de travail scolaire pendant cette période, il le rattrapera. Quelques mois de travail scolaire manqué n’auront probablement pas d’impact durable sur sa vie.

Ce que nos enfants retiendront de cette période, c’est ce qu’ils ont ressenti. Notre connexion et notre relation avec eux auront un impact durable sur leur vie. Plutôt que le travail scolaire, concentrez-vous sur la relation, sur le fait de s’amuser ensemble et de se rapprocher.

4.7/5 - (20 votes)

Bienvenue sur mon blog de bébé !

Retrouvez par ici toutes les dernières nouveautés autour de l’univers bébé mais aussi des conseils pour vous orienter au mieux dans le choix du mobilier, accessoires, poussettes et autres…

Tops conseils