Une histoire personnelle pour sensibiliser à la perte de grossesse

mai 5, 2022
Partager
(Last Updated On: mai 5, 2022)

 

 

 

Octobre est le mois de la sensibilisation à la perte de grossesse et du nourrisson. Ayant moi-même fait face à la mort du fœtus, je suis particulièrement empathique envers ceux qui vivent le chagrin déchirant de la perte d’une grossesse ou d’un nourrisson. On a l’impression que le monde devrait s’arrêter. Mais il continue de tourner. Et d’une certaine manière, il est réconfortant d’apprendre que nous ne sommes pas seuls dans notre douleur. Que nous ne sommes pas les seuls à avoir vécu cette horreur et que nous nous en sortirons parce que d’autres l’ont fait avant nous. 

 

Je veux partager mon histoire en l’honneur du mois de sensibilisation à la perte de grossesse et de nourrisson qui arrive en octobre.

Je me suis réveillée tôt mercredi matin et j’ai eu une forte envie de faire un test de grossesse. J’ai attendu les trois longues minutes qui m’ont semblé être une éternité ! À ma grande surprise, j’ai vu un mot « Enceinte ». J’étais ravie ! Je voulais surprendre mon mari en lui annonçant la nouvelle. J’ai essayé de trouver une idée astucieuse et j’ai fini par en avoir une ! Je voulais que notre photographe prenne les photos pendant que j’annonçais à mon mari que nous attendions un deuxième bébé. Il avait tellement voulu un autre bébé. Le jour était venu de l’annoncer à mon mari. Nous avons rencontré le photographe et j’ai dit à mon mari que nous étions là pour faire un anniversaire de six ans et une séance de photos de famille. J’ai apporté des tableaux noirs avec moi et j’ai demandé à mon mari d’écrire deux choses qu’il aimait chez moi. Son tableau disait « drôle » et « bonne cuisinière ». On a retourné nos tableaux en même temps et le mien disait « Bébé arrive en avril 2019 ». Le regard sur son visage était impayable. Quelle journée incroyable !

 

Passez rapidement au 12 septembre. Je suis allée faire une échographie précoce. Je devais être à environ 7 semaines. La technicienne a commencé l’échographie et m’a demandé deux fois à combien j’en étais, à ce moment-là, je savais que quelque chose n’allait pas. Elle m’a dit que le bébé avait une semaine de retard. Mon cœur a sombré, ma respiration s’est accélérée et j’ai commencé à paniquer.

Le médecin sur place m’a dit de ne pas me faire de faux espoirs, mais que nous vérifierions à nouveau la progression du bébé la semaine prochaine. J’ai attendu une semaine éreintante en anticipant le pire avec une lueur d’espoir. Cependant, une fois de plus, le bébé n’avait pas progressé et le cœur s’est arrêté. Le médecin m’a dit que mes options étaient d’attendre que l’inévitable se produise (fausse couche). Ce qui avait commencé comme un conte de fées s’est terminé si mal. Une fin malheureuse. Cependant, j’ai la chance d’avoir mon petit garçon de deux ans et je suis impatiente d’essayer de faire naître notre bébé arc-en-ciel. Les fausses couches arrivent et elles sont fréquentes ! La plupart des fausses couches sont dues à des complications hormonales ou chromosomiques et rien qu’une femme puisse anticiper ou prévenir. La perte de grossesse est taboue dans notre culture. Nous ne voyons vraiment que les fins heureuses sur les médias sociaux. Cependant, n’oublions pas les femmes qui n’ont jamais partagé leurs luttes contre la perte de grossesse. Elles sont là et leurs histoires comptent. Je partage ceci dans l’espoir de contribuer à une culture où nous parlons de la perte de nourrisson et de grossesse. La vérité est que cela arrive et que nous devrions en parler. Si vous traversez cette épreuve, sachez que vous n’êtes pas seul. Il n’y a rien qui cloche chez vous.

Qui suis-je ? Je suis une épouse fière de mon mari incroyable et qui me soutient, une maman de mon garçon de deux ans bondissant et heureux, un diplômé de l’Université Central Michigan et un entraîneur de fitness personnel. Les fausses couches peuvent arriver à tout le monde. Je suis le visage de la perte de grossesse.

J’espère que mon histoire a augmenté la sensibilisation à la perte de grossesse. Avez-vous une histoire à partager pour la sensibilisation à la perte de grossesse du nourrisson ? 

4.2/5 - (38 votes)