Arrêter la pilule pour tomber enceinte : Tout savoir !

L’utilisation de la pilule contraceptive est courante chez de nombreuses femmes. Elle consiste à bloquer l’ovulation par l’action d’hormones spécifiques qui vont interférer sur l’axe de commande des ovaires (hypotalamo-hypophysaire) et celui des différentes sécrétions du cycle ovulatoire. Cette action est toutefois réversible quand survient le désir d’avoir un enfant. Quand faut-il exactement cesser de prendre ses pilules ? Combien de temps devra-t-on patienter avant de tomber enceinte ?

Le bon moment pour arrêter sa pilule

Il faut comprendre déjà que lorsqu’on prend la pilule, on augmente de façon “artificielle” la dose de production des œstrogènes et de la progestérone dans l’organisme. En conséquence, l’organisme traduit cet effet d’accroissement hormonal par un état de grossesse. Du coup, le corps arrête le processus d’ovulation.

Le bon moment pour arrêter l’utilisation des pilules est lorsque le couple décide de faire un bébé. L’organisme de la femme aura besoin d’un certain temps pour reprendre un rythme normal d’ovulation. En réalité, ce temps varie d’une femme à une autre. En général, les gynécologues conseillent aux femmes d’attendre un mois après l’arrêt des pilules avant de tenter de concevoir un bébé. Ce délai permettra aux ovaires de reprendre progressivement leur fonction, histoire que le cycle menstruel redevienne régulier et que la muqueuse utérine prenne de l’épaisseur.

La pilule affecte-t-elle la fertilité de la femme ?

Le sujet alimente beaucoup de commentaires et d’idées reçues. Il constitue également l’un des points d’inquiétude des femmes sous pilule contraceptive : le risque d’une baisse de fécondité en cas de prise régulière durant une longue période. Plusieurs études cliniques menées par des scientifiques sont toutes parvenues à la même conclusion : l’utilisation sans interruption de la pilule sur une longue période n’a aucun effet sur la fécondité !

Certes la pilule à une influence sur le fonctionnement naturel des ovaires durant la période de prise. Mais ceux-ci retrouvent une normalité après l’arrêt. Cela ne sous-entend pas que l’ovulation se produira du jour au lendemain. Alors pas de panique donc, même si deux mois après l’arrêt de la pilule, le test de grossesse reste négatif. Il ne s’agit pas d’un problème de diminution de la fertilité. C’est juste que l’organisme prend tout son temps.

L’ADAC, quel est son rôle ?

Absence des règles après l’arrêt de la pilule : faut-il s’en inquiéter ?

Il peut arriver qu’à la suite de l’arrêt du contraceptif, la régularité des règles fasse défaut au début. L’explication est toute simple : les ovaires prennent du temps à un retour au fonctionnement normal. La fonction des deux hormones à savoir les œstrogènes et la progestérone, ne s’active pas immédiatement après l’arrêt. En temps normal, le problème se résout tout seul par la suite.

On rencontre aussi des cas où les œstrogènes sont produits, mais sans la progestérone. Les règles demeureront toujours irrégulières. Il peut y avoir aussi un silence hormonal pendant 2 mois, puis une petite perte de sang entre deux cycles. Dans tous les cas, il n’y a pas raison à s’alarmer.

L’utilité d’une visite pré-conceptuelle

Il est fortement recommandé, entre l’arrêt de la contraception et le temps de mettre un bébé en route, de consulter son gynécologue pour une visite pré-conceptuelle. Cette démarche instamment conseillée par les médecins a pour rôle de faire passer à la femme quelques examens cliniques et biologiques afin de mieux l’accompagner dans ses essais de conception. Elle comprend en général une prise de frottis, un prélèvement sanguin, le rattrapage de quelques vaccinations (lorsqu’elles ne sont pas à jour) et une prescription d’acide folique.

En conclusion, la prise de la pilule de façon régulière et sur une longue période ne diminue pas les chances de tomber enceinte après son arrêt. Il faut juste être conscient qu’il peut arriver que l’organisme prenne son temps avant de se sensibiliser à une grossesse.