Faire l’amour pendant la grossesse : la chasse aux idées reçues

La grossesse est une période particulière dans la vie amoureuse du couple. Le corps féminin, objet de toutes les attentions lorsqu’il porte la vie, est alors vecteur de fantasmes et autres idées reçues qu’il convient de chasser très loin, pour le bonheur des deux partenaires.

Oui, faire l’amour pendant la grossesse est recommandé !

Il est loin le temps où de rares hommes d’Église frustrés, comme saint Augustin, dénonçaient « les maris qui n’épargnent pas leurs femmes pendant qu’elles sont grosses » ! De l’avis des couples et du corps médical, continuer les rapports sexuels pendant la grossesse est essentiel tant pour l’équilibre de la parturiente que pour la qualité de la relation entre les membres du couple.

De l’amour et encore de l’amour

Hormis quelques cas de grossesses pathologiques, il n’y a pas de contre-indication médicale à poursuivre une vie sexuelle active. Les sages-femmes et obstétriciens l’affirment, bébé est à l’abri dans l’utérus, protégé par le bouchon muqueux et la barrière placentaire. Il ne comprend pas ce qu’il se passe mais il ressent seulement les émotions de la mère. Aussi, les émotions et sensations positives éprouvées par la mère ne peuvent qu’être bénéfiques pour l’enfant. Conçu dans l’amour, il est normal que l’enfant à naître ne soit pas un empêchement à l’amour et qu’il sache que ses parents sont amoureux !

Fluctuations hormonales et physique changeant

La libido de la femme durant la grossesse est très soumise aux variations des hormones. Durant le premier trimestre de grossesse, malgré un ventre discret voire inexistant et une poitrine plus généreuse qu’à l’ordinaire, les femmes enceintes sont peu enclines à faire l’amour du fait de la fatigue intense propre à cette période importante pour la bonne formation du fœtus. Madame peut donc être disposée à se donner à Monsieur sans pour autant en avoir la force. Ajoutez à cela les nausées, les pertes d’appétit et un sommeil perturbé, il est facile de comprendre pourquoi les rapports se font plus espacés.

Un second trimestre plus favorable

Au second trimestre, les maux de la grossesse ont tendance à s’estomper…pour être remplacés par d’autres. Toutefois, les femmes se sentent mieux et surtout la fatigue intense due à l’hormone HCG disparaît. Le physique change beaucoup durant ces trois mois et il est important de se sentir toujours femme et pas uniquement mère. Le désir de la femme et celui de son partenaire sont des éléments que le couple ne doit pas négliger sous peine de provoquer des frustrations chez l’un et l’autre. Le dialogue et le respect des envies et besoins de chacun sont plus que jamais la clé d’une vie sexuelle épanouie.

Un troisième trimestre sportif

Oui, la femme enceinte a envie de faire l’amour, y compris les derniers jours de grossesse. Lors des trois derniers mois, le corps féminin a tendance à devenir plus lourd et certaines positions sont impossibles à réaliser. C’est là que le couple doit être inventif. De plus, les contractions non-douloureuses qui préparent l’accouchement se font ressentir et les orgasmes féminins déclenchent des contractions supplémentaires. Cela est physiologique et sans aucune conséquence négative sur le déroulement de la grossesse même si la future mère peut parfois être inquiète.

Lire aussi : Congé paternité : durée, démarches et droits

Une maternité qui exalte la féminité ?

Certains hommes n’osent pas dire à leur partenaire le désir ou non-désir que provoque chez eux la maternité. Il en va de même pour les femmes. Plus que jamais et pour appréhender sereinement ce bouleversement, il est primordial de se parler en vérité afin que chacun puisse confier ses désirs intimes et se voir respecter dans sa personnalité profonde. Il n’y a pas de recette toute faite valable pour tous. Faire l’amour pendant la grossesse est l’occasion de rappeler que l’amour ne se limite pas à la pénétration mais englobe tous les affects. C’est la relation entre deux personnes qui s’aiment et se le démontrent dans l’intimité.